Sartzea da!

C’est la rentrée aussi chez Denak Bat ! Les activités vont à nouveau pouvoir reprendre… dans le respect des règles en vigueur, et notamment la présentation obligatoire du passe sanitaire pour participer à nos activités. Tous nos bénévoles mettent tout en œuvre pour assurer la sécurité de chacun tout en conservant la convivialité qui nous a toujours animée pour que vive notre association.
Nous sommes conscients que ces dispositifs sont contraignants et vous remercions d’autant plus par avance de votre compréhension.

DANSE
samedi 18 septembre à 15h – Espace Louis Macabiau, 29 chemin de la Nasque à Colomiers
Après-midi dansant, avec inscription et verre de l’amitié.
Les répétitions se dérouleront le reste de l’année tous les samedi de 15h à 18h.

COURS EUSKARA
lundi 27 septembre de 18h30 à 21h – Ostal Occitania, 11 rue Malcousinat à Toulouse
Portes ouvertes et inscription avec présentation du programme de l’année.
Les cours se dérouleront tous les lundi de 19h30 à 21h à partir du 4 octobre

JOALDUN
mercredi 22 septembre à 19h30 – Espace Louis Macabiau, 29 chemin de la Nasque à Colomiers
Reprise des entraînements.
Les entraînements tenant compte des conditions climatiques, les dates sont fixées à chaque fois.

ATELIER TXALAPARTA
mardi 19 octobre à 20h30 – Salle Lucien Blazy, 7 place des fêtes à Colomiers
Inscriptions, présentation et reprise des répétitions.

KANTUZ
Le Kantuz sera reconduit cette année un ou deux jeudi par mois au complexe sportif du Bazacle, impasse du Ramier Catalan à Toulouse.
(calendrier à définir, il vous sera communiquer prochainement)

Ihauteri birtual

La Mairie de Colomiers a sollicité durant le confinement les associations de son territoire pour participer à un carnaval virtuel. Denak Bat a bien sûr répondu présent et une série de photographies ont été réalisées et seront bientôt présentée dans la ville de Colomiers.

Reprise des cours d’euskara

Dans le cadre du protocole sanitaire en vigueur, les cours d’euskara reprendront à partir du lundi 7 juin à l’Ostal d’Occitania (11 rue Malcousinat à Toulouse). Kasu! Afin de respecter le couvre-feu encore en vigueur, les cours commenceront à 19h.

Défendre nos langues le 29 mai

Une vraie douche froide ! Après que la loi Molac ait été adoptée (voir ci-dessous), une manœuvre du ministre de l’Éducation Nationale la raye d’un trait de plume allant jusqu’à remettre en cause le principe de l’immersion construit avec succès depuis des décennies par des associations comme Seaska.

Le collectif « Pour que vivent nos langues » appelle à une grande manifestation le samedi 29 mai dans plusieurs villes de France. A Toulouse, Basques, Occitans et Catalans montreront leur attachement à leur langue à 11h place du Capitole.

Venez nombreux !

A lire, le texte complet du manifeste de ce collectif (cliquer ici).

Une loi pour nos langues

La proposition de loi portée par le député breton Paul Molac (notre photo) destinée à protéger et promouvoir les langues régionales a été adoptée le 8 avril à une très large majorité (dont les députés et sénateurs basques) malgré certaines résistances.

Une première sous la Vème République et un outil qui permettra notamment de généraliser l’enseignement par immersion. Une victoire attendue et saluée par Seaska et les autres acteurs de l’euskara.

Un article plus complet à lire ici.

Trugarez Paul Molac !

Kriaxera bezala!

Un récent article de Libération (lire l’article) faisait état de la résistance du canard basque kriaxera à différents virus : « C’est l’histoire d’un superhéros aux pieds palmés, un canard rustique qui se plaît chez une poignée d’éleveurs du Pays basque. Son immunité à la grippe aviaire, encore mystérieuse, pourrait sauver les palmipèdes des vagues successives qui ruinent le moral des paysans du Sud-Ouest. »

Avec cet énième semi-confinnement, soyons comme kriaxera, résistants au virus, à la lassitude, pour ne pas dire plus ! Le Gaec de Lohitzun qui élève le kriaxera s’appelle Beti aintzina. Tout un symbole !

aberri eguna 2021

Tout comme l’an dernier, l’Aberri eguna sera encore célébré en (semi) confinement. Plusieurs appels à participer différemment à ce jour ont été lancés, comme celui intitulé Keinu bat batera, un geste vers l’union.
Le geste d’arborer l’ikurriña sur nos façades et de le partager sur nos réseaux sociaux.